Que vous rompiez avec votre maîtresse ou qu’elle vous quitte; que vous demandiez le divorce ou que votre femme se sépare de vous; que vous vous fâchiez avec un ami; qu’un objet auquel vous tenez comme à la prunelle de vos yeux vous soit volé; qu’athée vous rencontriez Dieu; que, croyant, vous perdiez la foi; que, riche, vous soyez soudainement ruiné; que, goinfre, vous vous soumettiez à une règle diététique; que, mondain, vous entriez au monastère; que, bien portant, vous basculiez dans la maladie; que l’un de vos proches meure ou que ce soit vous qui descendiez dans le sombre Orcus, vous n’échapperez pas à l’épreuve de la rupture. Dans la vie, tout est rupture, depuis le cri primal du nouveau-né jusqu’à l’ultime soupir de l’agonisant; depuis le premier biberon jusqu’à la dernière cigarette. Chacun de nous est destiné à fumer un jour sa dernière cigarette, et vous aussi, mon cher filleul. Soyez donc prêt.

☛ MATZNEFF, Gabriel (1997). De la rupture, éd. Payot Rivages, coll. Manuels Payot, Paris, p. 12-13

Share on facebook
Share on twitter
2 Shares

Subscribe to our newsletter

This newsletter serves one purpose only: it sends a single email notification whenever a new post is published on aphelis.net, never more than once a day. Upon subscribing, you will receive a confirmation email (if you don’t, check your spam folder). You can unsubscribe at any time.